06/03/2017

Il faut cultiver son jardin

« … Je sais aussi, dit Candide, qu’il faut cultiver notre jardin. — Vous avez raison, dit Pangloss : car, quand l’homme fut mis dans le jardin d’Éden, il y fut mis, ut operaretur eum, pour qu’il travaillât, ce qui prouve que l’homme n’est pas né pour le repos. — Travaillons sans raisonner, dit Martin ; c’est le seul moyen de rendre la vie supportable. »


En ces jours de froidure il est peu opportun de parler de jardin et pourtant ! Tout le monde sait depuis Voltaire que pour être heureux ou tout au moins supporter notre existence il nous faut « cultiver notre jardin ». C’est certainement une métaphore mais on peut interpréter ceci littéralement. Aujourd’hui il est de bon ton de parler de jardins partagés de potagers communautaires et d’agriculture urbaine. Malheureusement bien de ceux qui s’enthousiasment pour ces activités oublient de lire attentivement Voltaire. La culture du jardin c’est LE TRAVAIL. C’est un travail journalier, qui ne souffre pas de vacances et qui est dirigé, non par un patron sur lequel nous pourrions déverser notre amertume et notre révolte, mais par la nature de saisons et les aléas du climat. Que peu d’entre ceux qui se lancent dans cette belle aventure réalisent à quel point elle est exigeante nous le constatons tous les jours en observant les petits essais des nouveaux voisins. Les voici qui viennent d’acheter leur petite maison, avec un peu de terrain cultivable autour, ils se mettent à bêcher, ratisser, semer leurs petit-pois et leurs salades. Tout va bien, les petits pois qu’on a planté trop tard sont couverts de pucerons, les salades pleines de coîtrons, les patates sont fanées avant de fleurir mais on fera mieux l’année prochaine. Dans le meilleur des cas on aura quelques tomates avant que les premiers froids de l’automne mettent une fin à leur mûrissement. Pour les plus optimistes et persévérants, il faut compter environ deux ou trois ans d’efforts pathétiques puis vient enfin la chute. C’est alors une nouvelle vie avec gazon et robot tondeur, enfin on va pouvoir surfer sur internet, partir en vacances, regarder la télé et passer notre semaine à Paléo, puis en citoyen responsable on achètera « BIO » au supermarché et on votera pour le « verts » pour se refaire une bonne conscience. Bon c’est vrai il y en a qui tiennent bon ; alors félicitation chers confrères et consœurs nous penserons à vous lorsque nous bêcherons et désherberons, vous êtes comme nous des disciples de Voltaire, nous savons avec vous que seul le travail rend heureux (vous êtes, comme disent certain genevois, des rupestres !!!).

Les commentaires sont fermés.