14/12/2008

Pectine, OGM et réchauffement climatique

jspuree1.jpgDans l’histoire mouvementée des OGM, le premier aliment OGM commercialisé avec un certain succès fut une purée de tomate: il  s'agit là aussi d'une histoire de pectine. Des chercheurs de l'Université de Nottingham en Angleterre avaient en 1989  réussi à développer une tomate transgénique ne produisant pratiquement plus de pectinase (cette enzyme qui détruit  les pectines des fruits).

Cette variété de tomate OGM, cultivée en Californie et au Chili dans des climats propices,  servit à produire des conserves de purée de tomate, qui furent mises sur le marché anglais entre 1996 et 1999. Ce fut un certain  succès commercial (plus de 2 millions de boîtes vendues) puisque ces boîtes de purée de tomates OGM (dument  étiquetées comme tel) étaient 20% meilleurs marché que les boîtes de purée faites avec des variétés de tomates plus conventionnelles.

Cette production fut abandonnée sous la pression des mouvements anti-OGM. 


Une des raisons du succès de la purée de tomate OGM venait du fait que les coûts de production étaient largement  inférieurs à ceux habituels dans ce type d'industrie alimentaire. Le gain résidait dans des besoins en énergie  moindres liés à la quasi absence de l'enzyme pectinase dans le jus de fruit. Plus besoin de chauffer très rapidement  et très fort pour désactiver l'enzyme responsable d'une purée trop liquide et inadéquate.

Reprendre cette méthode de  fabrication de la purée de tomate serait une contribution intéressante aux économies d'énergie à la prévention du réchauffement climatique. Mais n'attendez pas une telle proposition de la part de l'industrie alimentaire, elle ferait immédiatement l'objet d'une attaque en règle des milieux anti-OGM. Triste époque où l'idéologie prime sur le bon sens et la raison.

Commentaires

Triste époque où certains croient résoudre les problèmes créés par la science et la technologique en développant toujours plus la science et la technologie!

Pathétique. Comme si le problème du réchauffement climatique pouvait être (même en infime partie) résolu par le chauffage des tomates. Comme si le problème n'était pas la surproduction de bagnoles, la surconsommation de produits inutiles en tout genre venus de l'autre bout du monde, la surconsommation de voyages en avion, la sur-carnification de notre alimentation, etc.

Je continuerai à lutter pour le droit à manger bio, c'est-à-dire que je m'opposerai de manière systématique à TOUTE plantation d'OGM en plein champ, même s'il faut en passer par le fauchage et l'illégalité. Car c'est cette même folie technoscientiste et cette fuite en avant qui est à l'origine de la déroute écologique de notre planète, et il faut y mettre fin!

Écrit par : Sandro Minimo | 14/12/2008

"Triste époque où l'idéologie prime sur le bon sens et la raison."

Le principe de précaution, vous connaissez ? Si ce n'est pas à la fois du bon sens et de la raison, dîtes-moi ce que c'est.

Et franchement, c'est plutôt vous qui faites preuve d'idéologie dans vos billets. Vous défendez votre gagne-pain. Certes, vous en avez le droit, mais sachant cela, il est difficile de vous croire objectif quant à l'innocuité des OGM.

Écrit par : Fufus | 14/12/2008

Les commentaires sont fermés.