05/10/2008

Eau en carafe et pensée en carafe

Manger et boire dans la perspective du développement durable quel magnifique programme; revenons donc sur une idée qui a remué les esprits au début de cet été: interdire l'eau en bouteille; voilà qui est frappé du bon sens ; n’y a-t’il pas que le vin qui mérite le flacon?

Quand on y pense comment avons-nous pu nous, d’une génération pas si « out » que cela,  passer notre enfance et notre jeunesse dans un pays aussi civilisé que la Suisse sans disposer de cette commodité ? La raison est qu’elle est superflue et que ce fut d’abord une médecine. Seuls les vieux messieurs et les vieilles dames buvaient de l’eau en bouteille, cette eau contenait des sels diurétiques, digestifs, parfois mêmes radioactifs, ce qui suffisait pour tenir les enfants à distance. Quand il n’y avait pas d’eau potable et bien on la cuisait et on en faisait du thé ou de la limonade. Au petit bistrot où mon grand-père me menait, j’avais droit, pendant qu’il buvait son verre, au sirop grenadine agrémenté d’une eau de siphon abondamment gazeuse. En course de montagne, l’eau du torrent coupée de fendant faisait merveille pour étancher la soif. Mais une bouteille, personne n’en avait besoin et n’en avait donc l’idée. Il est bien connu qu’en Suisse, aucun village n’est suffisamment distant d’un autre pour que l’on sente la soif lorsqu'on parcoure le pays. Il existe une vallée de la soif au pied du Jura vaudois mais ça reste une curiosité remarquable.

Nous avons à faire, avec l’eau en bouteille, à une denrée pratiquement inutile si ce n’est pour des raisons médicales ; mais même la médecine a changé et nous n’allons plus aux eaux. Imaginer que l’on puisse l'interdire revient donc à proposer une expérience nature sur les capacités de l’être humain du 21ème siècle à  remettre en cause ses comportement aberrants. On ne prend aucun risque sanitaire, au mieux un petit risque économique pour ceux qui vivent de ce commerce. Si nous ne sommes pas en mesure de réaliser cet objectif minimaliste, c’est que nous ne sommes pas prêts à nous sacrifier pour préserver nos ressources et notre environnement.

Genève interdit la tabagie dans les lieux publiques c’est bien, même si il faut passer par une législation encore à faire ; un magistrat zélé veut faire manger ses concitoyens selon les principes du développement durable c’est louable. Mais tout ceci n’est que de la politique futile qui ne sert qu’à se faire élire lors des prochaines échéances. On jugera tout cela sur les résultats ; pour cela il faut que chacun sorte son esprit critique et sa raison de la carafe où les ont enfermées des années de publicité, de marketing éhonté et de mensonges. A lire la presse de boulevard et à voir la télévision d’aujourd’hui, ce ne sera pas facile. C'est bien ce matraquage qu'il faudra interdire d'abord et avant tout.

Commentaires

Ah ben oui, ce serait bien mieux d'acheter les bulles à part, quand on aime l'eau gazeuse.
Interdire d'abord et avant tout le matraquage, ça aussi ce serait une bonne idée:
les idées néfastes de ce bon Dr. Rielle et de son CIPRET ainsi que celles des ayatollahs verts - interdictions de ceci et de cela - seraient à jamais proscrites !
Vous avez encore d'autres interdictions à proposer ? On en manque !

Écrit par : Blondesen | 05/10/2008

Bien entendu NON je ne souhaite pas d'interdit .... vous ne m'avez pas compris: c'est à la responsabilité personnelle que je fais appel. Si nos esprit sont aujourd'hui anesthésiés par la publicité nous n'avons qu'à nous en prendre à nous même, mais j'aime à rêver d'une télé sans pub ....
Le fumeur de clope qui s'en donne à cœur joie pendant que, à moitié asphyxié, j'essaye de manger mon entrecôte et de boire mon verre de Beaujolais, doit lui aussi se rappeler la charmante Parisienne (filtre) qui lui faisait de l'œil lorsque, adolescent, il a essayé sa première bouffée. Ça c'est la force de la pub.

Écrit par : lerupestre | 05/10/2008

Dans le genre, il y avait encore mieux comme pubs:
"MAROCAINE, la cigarette du sportif"
Je me souviens qu'elle était affichée en grand au stade de Frontenex et ça nous faisait beaucoup rire, nous les sales gamins: "Passque les sportifs ne fument pas, oh les cons !"
Nous n'étions donc pas si intoxiqués que cela, finalement.
Il y a quand même une différence entre pub omniprésente (p.ex. le cow-boy Marlboro de sinistre mémoire) et le vrai matraquage manipulateur genre pubs du CIPRET (affiches, annonces, flyers partout, concours à la gomme et surtout "presse-presse-presse" - lettres de lecteurs bidon et articles "subventionnés" - pour la crédibilité).
Tout cela n'empêche pas de conserver un esprit critique.
Le fumeur qui s'en donne à coeur joie à côté de votre entrecôte ? Il m'est parfois arrivé - mais oui ! - après avoir poliment demandé à l'intéressé de s'abstenir de fumer, de me lever de table, de prendre tranquillement la cigarette du bonhomme et de l'éteindre dans son cendrier en lui disant que s'il en rallumait une avant la fin de mon repas, il se retrouverait avec mon assiette sur la tête.
Simple question d'éducation et de... hahum... pouvoir de dissuasion.
Mais pour l'eau gazeuse, vous repasserez: personne et aucune pub n'a fait que je préfère la San P., l'Henniez verte ou la Valser à l'eau infecte du robinet.
Je suis par ailleurs allergique aux interdictions imbéciles et au politiquement correct.

:o)

Écrit par : Blondesen | 05/10/2008

Une solution très simple au "problème": Ne buvez pas d'eau! Quand on voit ce que ça fait aux chaussures...

Écrit par : Azrael | 06/10/2008

Les commentaires sont fermés.