27/03/2008

La valeur des mots

La valeur des mots

 

1137492543.jpgAprès moult hésitations il m’est apparu que je ne pouvais pas décemment refuser d’ouvrir ce nouveau blog sur le site de la Julie (pardon.. la Tribune). Habitant le canton de Vaud depuis plus de 50 ans et ne lisant occasionnellement que la Feuille d’Avis (pardon.. 24 heures) il me reste de mon enfance genevoises quelques souvenirs auxquels je tiens.

En fouillant dans mes archives, j’ai trouvé le document suivant ; une copie de l’original. Il s’agit d’un graffiti retrouvé sur les murs de l’école des Cropettes ; une œuvre typiquement rupestre due au petit genevois de 6 ans que j’étais.

En lisant les comptes-rendus des discours d’un magistrat genevois je me suis rendu à l’évidence : j’étais déjà rupestre avant de devenir un peu vaudois. Mais est-ce bien là ce que cet écologiste voulait dire. Peut-être était-ce agreste ! Après tout, vivant à la lisière des forêts, se chauffant au bois et à l’énergie solaire le bon vaudois que je suis maintenant se confondait-il avec le paysage. Ou alors était-ce alpestre !  Je ne nie pas une certaine fascination pour la paroi verticale du miroir d’Argentine ; les ballades pédestres (ici je ne sais pas !) en montagne sont un passe-temps favori du vaudois depuis Eugène Rambert. Sylvestre peut-être ! Bien entendu l’exploitation forestière nourri mon poêle et les poutres de mon toit ne peuvent que provenir de quelques sapins de la forêt d’à côté. Equestre alors ! Non, il s’agit là d’un art plutôt genevois bien qu’il se pratique souvent sur sol vaudois.

Alors rustre ! Qu’allais-je penser. J’ai alors imaginé : rude, rusé, rural, rustique, rudéral, rubicond, rubigineux (découvert dans le dictionnaire, on en apprend tous les jours), rutilant … C’est à désespérer.

Je suis confondu, mais au fond rassuré. Je me suis souvent demandé ce qui distinguait un politicien écologiste d’un autre. Maintenant je sais : RIEN. Comme chacun de ses confrères et consœurs, il pratique l’art de suggérer par un seul mot toute une série d’interprétations possibles. En somme, parler pour ne rien dire tout en donnant l’impression qu’on est brillant et cultivé.  Un homme comme tout le monde qui s’encouble, se défile, s’embrouille et prétend gouverner.

La prochaine fois que je voterai, je mettrai mon nom dans l’urne, après tout ne suis-je pas moi-même un  candidat rudement valable.

Nous serons sérieux dès le prochain blog, sûr foi de rupestre.

Les commentaires sont fermés.